L'alpaga - Alpaga - Le paradis de la Charnie
32
page-template-default,page,page-id-32,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,columns-4,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

L’ALPAGA

L’alpaga est un petit camélidé, descendant de la vigogne, cousin du dromadaire et autre chameau. On le trouve à l’origine sur les hauts plateaux Andins du Pérou, du Chili ou de Colombie à plus de 4500 mètres d’altitude.

On note quatre espèces distinctes chez les petits camélidés :

 

  • Deux espèces domestiques qui sont le lama et l’alpaga
  • Deux espèces sauvages qui sont le guanaco et la vigogne

 

L’alpaga est essentiellement élevé pour l’incontestable qualité de sa laine. Cette fibre haute gamme compte une vingtaine de nuances naturelles. Résistante, d’une grande finesse, plus chaude et légère que celle du mouton, hypoallergénique, elle offre un confort incomparable.

 

C’est un animal discret doté d’un instinct grégaire très développé. Il faut faire preuve de délicatesse avec lui. S’il n’aime guère être attrapé ou caressé, il se révèlera un compagnon curieux et très attachant dès lors qu’il sera en confiance. Cette subtile complicité se construit au fil du temps.

Un alpaga peut vivre jusqu’à 20 ans.

Sa taille au garrot est comprise entre 85 cm et 1 m pour un poids compris entre 55 et 90 kg (6 à 9 kg à la naissance)

Son dos est droit mais la croupe est arrondie.

Le pied a des ongles et un coussinet plantaire

La dentition est également importante. Les mâchoires supérieures et inférieures doivent jointer correctement.

Les animaux qui ne possèdent pas une laine de qualité suffisante pour êtres utilisés comme reproducteurs sont souvent destinés à vivre une vie d’animal de loisir. Grâce à leur gentillesse et à leur intelligence, les alpagas font le bonheur des particuliers.

 

Ces animaux peuvent aussi participer aux épreuves d’agilité lors des concours afin de démontrer que leur mental est adapté aux loisirs. Cela afin de permettre à certains éleveurs de valoriser un travail de sélection basé sur l’originalité de la robe et le mental.

Lorsque l’on regarde vivre ces petits camélidés on observe très vite que leur principale caractéristique est une vie sociale très structurée, avec des rapports de “hiérarchie” ou “d’amitié”.

 

La position des oreilles et de la queue ainsi que l’émission de toute une série de bruits variés vont ponctuer cette vie sociale.

 

A l’éternelle question « est-ce qu’il crache ? »  on répondra oui.

 

Chez les petits camélidés, les rapports sociaux ont donc une grande importance, et il est normal de voir une hiérarchie et des affinités se mettre en place au sein d’un troupeau. Pour le bon équilibre mental de votre animal, il est préférable qu’il ne soit pas seul, afin qu’il puisse exprimer cette sociabilisation avec des congénères.

Les besoins alimentaires varient bien sûr selon l’âge, la taille, le travail, les conditions extérieures, l’état physiologique de l’animal.

 

Les fibres (fourrage) sont essentielles car elles permettent une bonne digestion.

 

Selon l’état physiologique de l’animal (femelle pleine, ou allaitante, mâle en période de reproduction..) je complémente avec du floconné et un aliment pour camélidés.

 

La superficie à leur consacrer dépendra de la qualité et quantité que produit la parcelle. Là où on compte 1 cheval ou 7 moutons à l’hectare, on peut envisager de mettre 5 alpagas. Certaines plantes comme le buis, le rhododendron, certains lauriers, le thuyas sont très toxiques. Il est impératif de vérifier qu’elles ne sont pas présentes dans les  enclos.

 

L’eau doit être toujours disponible, propre et fraîche.

Chez les camélidés sud-américains, l’ovulation sera induite par la saillie du mâle. Une des premières conséquences de ce phénomène est qu’il n’y a pas de saison particulière d’accouplement

 

La durée de gestation est en moyenne de 335 jours chez l’alpaga. Les naissances gémellaires sont extrêmement rares.

Il est recommandé de vacciner les animaux contre les entérotoxémies et le tétanos.

 

Une attention particulière sera portée aux parasites externes (gales…) et internes. Une vermifugation périodique est nécessaire.

 

Il faut surveiller la pousse des ongles qui doivent être régulièrement coupés.

 

Un alpaga se tond tous les ans au printemps. La tonte est aussi nécessaire pour les prémunir du stress de chaleur lors d’été très chaud.